Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bioécologie

Articles avec #projets de recherche...

AQUACOSM-CELLDEX COLLABORATION - Invitation

13 Octobre 2017,

Publié par Bioécologie

Jay Piggott (and Scott Tiegs):

"Dear Colleagues,

As an AQUACOSM facility operator, I am seeking your support and participation in a distributed experiment across the AQUACOSM mesocosm network to include a cotton-strip decay assay as a standardised measure of ecosystem function in planned/future experiments (papers attached). This proposed study (aka. AQUACOSM-CELLDEX) compliments the past efforts of the CELLDEX (CELLulose Decomposution EXperiment) project led by project partner Scott Tiegs (Oakland University, USA) that engaged >132 crowd-sourced researchers to characterise cellulose decomposition using cotton-strips in >500 streams across 40 countries (info attached). The assay is simple to use, requiring less than 5 minutes to introduce into and remove from each mesocosm.

The objective of AQUACOSM-CELLDEX is to use a standardized assay to quantify stressor impacts on different types of aquatic ecosystems – across multiple locations, latitudes and biomes (pond, stream and marine). In particular, we are interested in partnering on experiments manipulating environmental stressors including nutrients, temperature, pH and other climate stressors (e.g. browning)."

More information here

L’Agence Nationale de la Recherche (ANR - France)

13 Septembre 2016,

Publié par Bioécologie

Publié le 16 août 2016 par Guillaume Miquelard-Garnier, enseignant-chercheur en Science des Matériaux au Conservatoire National des Arts et Métiers (le Cnam) en France.

Guillaume Miquelard-Garnier, avec Paul François (enseignants-chercheurs en Biophysique à l'université McGill de Montréal (Canada) anime un blog que je vous invite à découvrir : ici. Mais avant toute chose, lisez l'article fort instructif de G. Miquelard-Garnier :

"Je voudrais profiter de l’été et du rendu des résultats de l’appel à projets générique de 2016 (avec plusieurs semaines de retard) pour dresser un petit bilan chiffré des activités de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).

L’agence a été créée en 2005 (gouvernement Raffarin), il s’agit d’un établissement public à caractère administratif. Pour faire simple, l’idée était de transiter d’un modèle fonctionnant sur crédits récurrents attribués aux laboratoires (historiquement, celui utilisé par la France) vers un modèle fonctionnant sur projets « individuels » (celui du monde anglo-saxon). L’ « idéologie » qui sous-tendait cette mutation était celle de l’ « excellence » popularisée par la suite par Mme Pécresse: il fallait (faut) identifier et valoriser les 20% de chercheurs haut de gamme plutôt que de dilapider les ressources de façon naïvement égalitaire. Ceci s’est étendu à plusieurs échelles (chercheurs, laboratoires, établissements…), et est, peu ou prou, toujours en vigueur actuellement. Sans doute, aussi plus prosaïquement, une volonté d’harmonisation du fonctionnement du système français avec l’extérieur, notamment une bonne partie de l’Europe et les Etats-Unis*.

Il est intéressant de voir l’évolution du fonctionnement de l’agence au cours des années, puisqu’elle existe depuis plus de 10 ans désormais. Les données sont fournies dans les rapports d’activité de l’agence, disponibles ici (à la lecture, comme souvent, il faut faire attention surtout lorsque l’on compare d’une année sur l’autre, les définitions et présentations des chiffres clés ayant la fâcheuse tendance à changer régulièrement: je signalerai dans le texte les « incohérences » que j’ai pu rencontrer et n’hésitez pas à me signaler des erreurs, toujours possibles, si vous en voyez).

Commençons par l’évolution du budget alloué aux projets (je reviendrai plus loin sur le budget de fonctionnement de l’agence).

Le dernier point est une « prédiction ». Je me suis basé sur une annonce de « rallonge de 60 M€ en 2016 par rapport à 2015″ faite récemment par le gouvernement. C’est à prendre avec précaution: ainsi, le budget qui avait été « maintenu » en 2015 est en fait 25M€ inférieur à celui de 2014, passant sous la barre des 400M€.

Après l’année de création, on a donc eu 5 années successives de budget alloué aux projets supérieur à 600 M€. Depuis 2010, le budget a été en baisse constante pour arriver sous la barre des 400 M€ (en gros -33%). Une remontée a été annoncée et devrait se poursuivre en 2017, où si l’on en croit les annonces on devrait retrouver (au mieux) le niveau de 2012…

Rappelons, comme l’a fait le Sénat en 2013, qu’en 2006 la volonté politique était que l’ANR dispose d’un budget global de 1.5 milliard d’€, énoncé comme une condition sine qua non pour qu’elle puisse « pleinement jouer son rôle d’agence de moyens ». Il n’a jamais dépassé 850 M€, et est descendu sous 600 M€ en 2014 pour se rapprocher des 500 M€ en 2015 (528)**.

Voyons maintenant ce qu’il en est des projets déposés.

Le point de 2014, « outlier », est dû à l’apparition du processus de soumission en 2 phases, avec l’évaluation d’un document de 5 pages en 1ère phase. Cette année là, il y a certainement eu un effet « pourquoi pas? » (qui comme on le voit par la suite a été vite douché, ceci sera expliqué plus bas). On peut voir que la tendance globale est, même en négligeant ce point singulier, à la hausse (de ~5500 à ~7500 en 11 ans, soit ~33% d’augmentation).

Regardons ensuite le nombre de projets acceptés (financés).

La tendance est à la baisse, de ~1500 à ~1000 en 10 ans (environ 33% de baisse). Concernant les 3 derniers points: les carrés vides représentent les projets acceptés sur l’appel à projet générique (comprenant les projets jeunes chercheurs, les projets collaboratifs inter-labos ou labos-entreprises). En 2014, le carré vert (ensemble de tous les projets acceptés dans l’exercice, pour tous les appels de l’année) correspondant (250 projets de plus par rapport au chiffre concernant l’appel à projet générique) est celui annoncé par l’ANR dans son bilan d’activités. Idem en 2015: 1043 projets financés d’après le rapport d’activités de l’ANR quand le bilan de l’appel à projets générique fait état de 667 projets acceptés auxquels il faut rajouter 91 projets collaboratifs internationaux (en tout cas affichés sur le site), soit la aussi un différentiel de quasiment 300 projets.

La majorité (quasiment 200, voir p.23 du rapport 2015) vient des appels internationaux spécifiques « pour simplifier et renforcer les partenariats des chercheurs européens sur des thèmes ciblés ». Le reste vient majoritairement de trois sources, le montage de réseaux scientifiques, l’accompagnement spécifique pour la défense, et la création de laboratoires communs public/PME.***

En 2016, nous n’avons pour l’instant que les résultats de l’appel générique, qui sont en hausse suite aux (nouvelles) annonces gouvernementales sur la « nouvelle ambition pour la recherche ».

Ce qui nous donne ensuite en taux de succès:

Après une chute à 10% en 2014, alors qu’il était encore supérieur à 20% en 2012, celui-ci est légèrement remonté l’an dernier et devrait passer devrait remonter autour de 15% en 2016. Il a d’ores et déjà été annoncé à 20% en 2017 (il est d’ailleurs étonnant d’annoncer un taux de succès à l’avance, tant celui-ci est dépendant du nombre de projets déposés, qui peut énormément varier si des « effets d’aubaine » sont attendus: voir le passage à 2 phases de 2014).

Pardonnez-moi un brin d’ironie: le quinquennat qui vient de s’écouler avec comme priorité la recherche et même de nouvelles ambitions pour celle-ci, verra donc au mieux la situation revenir à celle de 2012 (fin du quinquennat précédent qui, comme on le sait, n’avait pas du tout eu comme priorité la recherche).

On peut aussi consulter la littérature scientifique sur le sujet, estimant qu’un taux de financement inférieur à 20% n’est en rien un moyen de faire émerger la crème de la crème mais est probablement contre-productif.

Et enfin, le budget moyen par projet:

Celui-ci est resté relativement constant au fil du temps (entre 400 et 500 k€/projet en moyenne). Le nombre de partenaires (environ 3 par projet) étant également resté à peu près constant en 10 ans, l’enveloppe par partenaire est restée stable autour de 150 k€ (typiquement, le financement d’une thèse – salaire + accompagnement – ou d’un post-doc de 24 mois). L’agence a donc fait le choix, pour gérer la pénurie financière, de ne pas diminuer drastiquement l’enveloppe par projet, au détriment du nombre de projets financés annuellement.

Les calculs ont été fait en partant du nombre de projets financés tels qu’annoncés sur les rapports d’activité, voir discussion plus haut.

Intéressons-nous maintenant non plus au budget dédié aux projets mais au budget de fonctionnement de l’agence elle-même.

Les données, tirées des rapports d’activité, sont parcellaires mais intéressantes: entre 2007 et 2013, le budget de fonctionnement a été multiplié par 5.

En pourcentage par rapport au budget dédié aux appels à projet, on obtient ceci:

Aujourd’hui, la part du budget dédiée au fonctionnement représente quasiment 10% de la part dédiée au financement des appels à projet.

Ceci peut notamment être expliqué par l’explosion du personnel de l’agence.

Le personnel a donc été multiplié par 10 pendant que le même temps, le budget alloué aux projets était divisé par 1.5.

On semble pouvoir identifier, quand on met en regard l’évolution du budget et celle du personnel, un comportement bien connu sous le nom de loi de Parkinson.

Il faut néanmoins préciser que l’agence a vu ses missions étendues en 2010 (opérateur d’Etat sur les investissements d’Avenir: ceci implique de la gestion liée par exemple au déploiement des instituts de recherche technologique) (voir ici), ce qui peut impliquer la nécessité d’un recrutement de personnel important (et pourrait expliquer l’augmentation de 40% des effectifs équivalent temps plein entre 2010 et 2011).

Malgré une relative stabilisation depuis 2012, la tendance est toujours à la hausse: +8.5% en termes d’équivalents temps plein en 4 ans, beaucoup d’établissements du supérieur aimeraient en dire autant."

Lire la suite de l'article ici

Soil Biodiversity Resources

18 Décembre 2014,

Publié par Bioécologie

En marge de la 1er conférence mondiale sur la biodiversité des sols qui s'est tenue à Dijon (France) du 2 au 5 décembre dernier, un groupe de travail a initié une réflexion sur la création d'une base de données mondiale sur la biodiversité des sols.
Le "Soil Biodiversity Curation Working Group", affilié au GSBI, propose dans un premier temps de faire l'inventaire des ressources (bases de données, listes d'espèces, sites internet, ...) en lien avec la biodiversité des sols (espèces, fonctions, phylogénie) dans le but de savoir qui fait quoi et où.

Pour cela, pouvez-vous si vous possédez de telles ressources, compléter le formulaire en ligne à cette adresse. Cela ne prend que quelques instants.

Si vous avez des questions à propos de cette initiative, n'hésitez pas à contacter Tandra.Fraser@colostate.edu

Campagne d’appel à propositions de recherches expérimentales sur les écosystèmes et la biodiversité dans les Ecotrons du CNRS

9 Avril 2014,

Publié par Bioécologie

Campagne d’appel à propositions de recherches expérimentales sur les écosystèmes et la biodiversité dans les Ecotrons du CNRS

Le CNRS, en partenariat avec l’Ecole normale supérieure de Paris, souhaite ouvrir à la communauté scientifique et aux industriels son infrastructure de recherche Ecotrons et ouvre une campagne d’accueil de projets pour l’utilisation des Ecotrons de Montpellier et d’Ile de France pour la période 2014-2016.

1ère date de soumission des projets : le 15 juin 2014
2e date de soumission des projets : le 15 décembre
2014

Télécharger l'Appel à projet (pdf)
Répondre à l'appel à projet
En savoir plus sur les Ecotrons

RainWebs : Que se passera-t-il si les forêts tropicales s'assèchent ?

13 Février 2013,

Publié par JMB

RainWebs-project-photo-B.-Corbara.jpgRAINWEBS s'inscrit dans le cadre d'un projet collaboratif à long terme, Bromeliad Working Group coordonné par Diane Srivastava, Univ. British Columbia, Vancouver, Canada.

Les objectifs généraux de RAINWEBS sont : (1) de comprendre les interactions entre biogéographie et changement climatique, et (2) de disséminer une théorie multi-régionale robuste sur la façon dont le climat affecte les écosystèmes. 

Pour en savoir plus sur ce projet de recherche, cliquez ici

Photo ci-dessus de B. Corbara