Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bioécologie

Articles avec #bioturbation

Le monde des fourmis

5 Décembre 2014,

Dans cette vidéo, découvrez un réseau de galeries construit par une colonie de fourmis. C'est assez incroyable !

Cette séquence vidéo est extraite du documentaire réalisé par Wolfgang Thaler, "L'organisation secrète des fourmis "(Autriche, 2004, 44mn). Ces images ont été tournées en Argentine : une gigantesque fourmilière, avec un réseau de galeries, de couveuses et de grottes s'étendant sur plus de 50 m² et jusqu'à 8 m sous terre.

Dans ce documentaire retrouvez d'autres images extraordinaires commentées par l'entomologiste Bert Hölldobler, dont les recherches sur les fourmis font autorité dans le monde entier. En particulier, pour la première fois ont pu être filmées les évolutions aquatiques de la fourmi Camponotus récemment découverte à Bornéo, la seule au monde capable de nager et de plonger.

Neptune Canada

5 Août 2013,

Publié par Bioécologie

Observatoire Neptune-Canada : les grands fonds filmés 24h/24 avec la caméra Tempo-Mini de l'Ifremer.

C'est à voir en direct sur le site de Neptune-Canada. Les lumières sont souvent éteintes pour ne pas perturber la faune. Vous pouvez consulter le planning d'éclairage du site Endeavour.

Après quelques travaux de maintenance, le module Tempo-Mini a retrouvé sa place au sein de l’observatoire sous-marin Neptune-Canada, dans le Pacifique, au large de la Colombie-Britanique. Ce module se trouve à plus de 2000 m de fond et à 400 km des côtes canadiennes. L'opération était pilotée à distance depuis le Centre Ifremer Bretagne à Plouzané, et effectuée à bord du navire américain Thomas G. Thompson, sur lequel était embarquée Daphné Cuvelier, post-doctorante au Laboratoire Environnement Profond du Centre Ifremer Bretagne.

L'objectif est d'obtenir une année d'images et de mesures de température et d'oxygène sur le site hydrothermal actif Endeavour. Ces données vont permettre de caractériser la dynamique temporelle des communautés animales de ce milieu extrême, en relation avec les variations environnementales.

Source: Ifremer, juillet 2013

Neptune Canada utilise un réseau de 800 kilomètres de câbles qui reposent sur les fonds marins le long de la plaque tectonique Juan de Fuca, et est dédié à l'observation océanique et l'expérimentation.

Live video from the deep-sea hot vents

This live video comes from the Grotto Hydrothermal Vent, located at a depth of 2186m on Endeavour Ridge. The video is captured by Tempo-Mini, a unique device developed by France's IFREMER research institute. (See related blog post.)

NEPTUNE Canada regional cabled ocean network, located in the Northeast Pacific, is part of the Ocean Networks Canada Observatory. Our network extends the internet from the rocky coast to the deep abyss. The sister network, VENUS operates in coastal waters of the Salish Sea. © NEPTUNE Canada

NEPTUNE Canada regional cabled ocean network, located in the Northeast Pacific, is part of the Ocean Networks Canada Observatory. Our network extends the internet from the rocky coast to the deep abyss. The sister network, VENUS operates in coastal waters of the Salish Sea. © NEPTUNE Canada

La bioturbation présentée par Florian Mermillod et Magali Gérino

30 Juin 2010,

Publié par JMB

dsc_0290.jpgFlorian Mermillod-Blondin, chercheur au CNRS à l'UMR CNRS 5023 - Ecologie des Hydrosystèmes Fluviaux (Lyon, France) et Magali Gérino, professeure à l'Université Paul Sabatier de Toulouse (France), dsc 0299rattachée au laboratoire d'Ecologie Fonctionnelle (EcoLab, Toulouse), nous présentent la bioturbation.

dsc 0295Franck Gilbert, directeur de recherche au CNRS (EcoLab, Toulouse) et président du Nereis Park (un groupement de chercheurs qui mènent des travaux dans le domaine de la bioturbation) était également présent lors de cet échange.

La bioturbation correspond aux perturbations du sédiment (marin, eau douce,...) et du sol induites par l'activité biologique (vers, larves d'insectes, bivalves, fourmis, racines des plantes,...).  Celle-ci joue un rôle important dans la structure et le fonctionnement de nombreux écosystèmes aquatiques et terrestres.

Pour en savoir plus, je vous laisse découvrir cette vidéo :

Giant Beach Worms

12 Novembre 2009,

Publié par JMB

Giant Beach Worms (Australonuphis teres) are long and thin. They can grow up 2.5 m long. They have hundreds of body segments. They have short tentacles near their head.

They live around eastern and southern Australia, and are found in sandy beaches at the low water mark. The worms live under the sand.

Giant Beach Worms eat dead fish, seaweed, dead octopuses and Pipis. They come out of the sand only to feed. They poke their heads out of the sand and grab the food in their jaws and eat it.

Fish and birds eat Giant Beach Worms. People fishing collect Giant Beach Worms for bait.

Giant Beach Worms are rarely seen as they only come out of the sand to feed. They live hidden in the sand in burrows or in tubes that they make.

Espagne: fossiles de vers marins géants de 475 millions d'années

4 Août 2009,

Publié par JMB

Des scientifiques espagnols ont annoncé lundi la découverte des plus anciennes et grosses traces jamais découvertes de vers marins géants, vieilles de 475 millions d'années, dans le parc national de Cabañeros dans la province de Ciudad Real (centre).

Ces traces fossilisées de vers marins géants de l'époque ordovicienne de l'ère paléozoïque ne sont pas seulement exceptionnelles par leur taille mais aussi part leur ancienneté,- 475 millions d'années - selon les scientifiques du Centro Superior de Investigaciones Cientificas (CSIC) en charge des fouilles.

Elles constituent les "traces les plus grandes et les plus anciennes jamais découvertes lors de fouilles géologiques du paléozoïque", affirme le CSIC.

Les fouilles ont mis à jour "des galeries fossilisées de grande dimension - 5 mètres de long pour 15 à 20 centimètres de diamètre - qui ont été parcourues par un organisme inconnu au corps mou et de grande taille" mesurant "entre un mètre de long et 15 à 20 centimètres de diamètre", selon un communiqué du CSIC.

"Il s'agit de tanières creusées dans le fond marin il y a 475 millions d'années par un organisme vermiforme qui se baladait dans des galeries horizontales, légèrement immergées de quelques centimètres dans l'eau", a affirmé le paléontologue en charge des fouilles, Carlos Gutiérrez.

Ces vers marins géants "vivaient enterrés et inondaient leurs galeries de leurs sécrétions afin de les consolider, ce qui a permis leur conservation jusqu'à aujourd'hui", a-t-il ajouté.

Il y a 450 millions d'années, le parc national de Cabañeros "faisait partie de la plateforme marine d'un ancien continent appelé Gondwana. Cette zone était légèrement immergée", selon les scientifiques.

"La péninsule ibérique se trouvait alors près du pôle sud de l'époque et les organismes qui vivaient dans des eaux très froides avaient un métabolisme qui leur permettait de grandir plus".

In English:
Giant marine worms lived 475 million years ago

Spanish researchers said Monday they have discovered evidence of a type of giant worm that lived 475 million years ago and was up to one metre (three feet) in length.

The fossilised tracks of the marine worms were found in the Cabaneros National Park in central Spain in an area that was a seabed during the Lower Ordovician period, the Spanish National Research Council (CSIC) said.

It said the creatures lived in horizontal galleries of five metres in length and 15-20 centimetres in diameter under the seabed.

The galleries were lined "with mucous secretions to harden them and prevent their collapse, which has facilitated their preservation," said paleontologist Juan Carlos Gutierrez Marco.

They are the "oldest tracks of giant worms" ever discovered, pre-dating those found in Devon, England, this year and which dated from 200 million years ago, the CSIC quoted him as saying.

He explained why the worms, which were up to one metre in length and 15 centimetres in diameter, could attain such great size.

"For more than 450 millions years ago our country was part of a marine platform of an ancient continent called Gondwana," Gutierrez Marco said.

"The Iberian Peninsula was then near the south pole of the era. Organisms living in very cold water have a metabolism that allows them to grow bigger -- what is known as polar gigantism."

(c) 2009 AFP