Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bioécologie

Articles avec #biodiversite

TRY - Plant Trait Database (morphology, anatomy, biochemistry, physiology...)

8 Juillet 2016,

Publié par Bioécologie

TRY - Plant Trait Database (morphology, anatomy, biochemistry, physiology...)

The TRY Data Portal provides the opportunity to explore the coverage of plant trait data in the TRY database, to request and to contribute data, and it provides data contributors and PIs of data requests the opportunity to manage their contributions and requests.

New atlas illustrates global soil biodiversity and threats to soil organisms

24 Mai 2016,

Publié par Bioécologie

New atlas illustrates global soil biodiversity and threats to soil organisms

The JRC publishes the first-ever Global Soil Biodiversity Atlas that maps the soil biodiversity of the entire planet. This unique Atlas pays tribute to soil – the silent engine that keeps the planet alive – by providing a detailed analysis of soil organisms and the threats to soil biodiversity at global scale.

Read more here

Biodiversité : à la recherche du juste prix

23 Mai 2016,

Publié par Bioécologie

Combien vaut la biodiversité ? Quel est le coût de son déclin ? Une notion, celle de services écosystémiques, est de plus en plus utilisée dans des situations concrètes de gestion pour attribuer une valeur économique de la biodiversité. Les recherches de l’Inra sur les services rendus par les systèmes agricoles et forestiers (métaprogramme Ecoserv) s'intéressent à cette question.

Lire la suite ici

La déforestation menace les oiseaux à grand bec et les graines de palmier au Brésil

27 Février 2016,

Publié par Bioécologie

Un article d'Emmanuel Perrin publié sur Maxisciences (8 juin 2013)

"Selon une nouvelle étude, la disparition des oiseaux à grand bec liée à la fragmentation des forêts tropicales brésiliennes a entrainé dans la région une diminution de la taille et de la vivacité des graines de palmier.

Nombreuses sont les conséquences de la déforestation. Pour les scientifiques, la prise de conscience des tenants et aboutissants d'une activité aussi dévastatrice est donc un véritable défi. Une nouvelle fois, une équipe internationale de chercheurs a mis en évidence une répercussion jusqu'à présent insoupçonnée. Selon leur nouvelle étude, la disparition des oiseaux à grands becs dans les forêts tropicales brésiliennes a entrainé au cours du dernier siècle une réduction notable des graines de palmiers.

Pour en arriver à une telle conclusion, les chercheurs ont récolté des graines sur des sites intacts de la forêt vierge brésilienne et les ont comparées avec celles des zones ayant servi dans les années 1800 aux exploitations de café et de Canne à Sucre. Au total, 9.000 graines provenant de 22 populations différentes d'Euterpe edulis ont été ramassées. Les résultats, publiés dans la revue Science (The birds and the seeds, Science, 31 mai 2013) mettent en évidence des graines nettement plus petites dans les zones de la forêt fragmentées par les plantations de sucre ou de café.

Selon les scientifiques, une telle conséquence serait directement liée à la disparition des oiseaux à grand bec et "disperseurs" de grosses graines, comme le toucan ou de grands cotingas. Ces animaux sont en effet incapables de nicher dans des territoires fragmentés par les plantations. Des analyses génétiques supplémentaires ont permis de déterminer le temps de réduction de la taille des graines de palmier après la perturbation initiale. Celui-ci ne serait que d'une centaine d'année.

Un changement aux lourdes conséquences

Ce bouleversement de l'écosystème peut avoir des effets désastreux. "Les petites graines sont plus vulnérables à la dessiccation et ne pourront (...)

Lire la suite ici

Un toucan toco (Ramphastos toco) - Photo de Lindolfo Souto (http://500px.com/LindolfoSouto)

Un toucan toco (Ramphastos toco) - Photo de Lindolfo Souto (http://500px.com/LindolfoSouto)

Le déboisement systématique pratiqué en Haïti

30 Juillet 2015,

95% de la forêt tropicale ont disparu sous 200 ans de coupe anarchique.

Le déboisement systématique pratiqué en Haïti ne date pas d’hier. Déjà à la fin du XVIIe siècle, les colons français ont détruit des milliers d’hectares de forêt vierge pour y planter de la canne à sucre. De même des forêts entières ont été exportées en Europe pour la fabrication de meubles.

Aujourd’hui le résultat est alarmant. Du ciel, il n’est d’ailleurs pas difficile de reconnaître la frontière entre la République Dominicaine et Haïti ; les forêts s’arrêtent soudainement pour céder la place à un sol nu (photo de gauche : Haïti est à gauche, et à droite, en vert, c'est la République Dominicaine; animation: 352x240 (29.97 fps) MPEG -source : NASA)

A ce jour,  il ne reste plus que 1,4% de surface recouverte par des forêts.
Le déboisement en Haïti s’est accéléré à grande vitesse pendant l’embargo décidé par l’ONU de 1991 à 1994. Pendant cette période, beaucoup de bois a été coupé pour l’éclairage et la cuisson, puisque le kérosène et le pétrole figuraient parmi les produits touchés par le blocus économique. Pour survivre, les paysans sont tentés d’abattre des arbres pour avoir du charbon de bois pour la cuisson et pour le vendre en ville et pour utiliser le bois afin de se construire une cabane.

Haiti-carte.pngCliquez sur la carte pour l'agrandir - Aujourd’hui les entreprises dans les villes (restaurants, boulangeries, et distilleries…) abattent plus de 53 300 arbres par année pour faire fonctionner leurs usines. Plus de 90% de la population utilise le charbon de bois pour la cuisson quotidienne (Institut Haïtien de Statistiques 2007). L’Etat ne s’occupe pas d’une gestion raisonnable des ressources naturelles et n’établit pas de loi interdisant la coupe des arbres. Une initiative de lancer sur le marché des réchauds à gaz de pétrole liquéfié a échouée. Il faudrait trouver d’autres moyens d’exploitation de ressources renouvelables, comme l’énergie solaire, maritime, éolienne ou l’énergie synthétisée comme la briquette de bois.

La coupe incontrôlée des arbres mène tout droit vers le déboisement et entraîne ainsi l’érosion, les glissement de terrains (ex : la catastrophe des Gonaïves) et les inondations lors des pluies diluviennes accompagnant les ouragans.

Source : - Haïti existe – Ayiti egziste -

Le silence des abeilles

14 Mai 2015,

Publié par Bioécologie

En Chine, dans la province du Sichuan, les abeilles ont disparu, suite à l'utilisation massive et irraisonnée de pesticides dans les années 80. Aujourd'hui, ce sont les fermiers qui pollinisent eux-même les fleurs des arbres fruitiers !

Ci-dessous, un extrait du documentaire " Le silence des abeilles" de Doug Shultz diffusé sur la chaîne "National Geographic" en mars et avril 2008.