Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bioécologie

Japon : qui évacuer et quand ?

17 Avril 2011,

Publié par JMB

Au-delà de la zone d’exclusion des 20 Km autour de la centrale nucléaire de Fukushima (tous les habitants de cette zone ont été évacués), il existe des territoires fortement contaminés. En effet, dans le cas d’un accident nucléaire majeur, il faut savoir que la contamination n’est pas uniformément répartie sur le territoire. Il est tout à fait attendu de retrouver des zones plus ou moins contaminés bien au-delà des 20 Km. En fonction de plusieurs facteurs tels que la direction des vents, le taux de précipitation, le relief, les microclimats, etc., les dépôts radioactifs sont plus ou moins importants d’une zone à l’autre.

Après l’accident nucléaire qui s’est produit le 11 mars 2011, les autorités japonaises ont ordonné assez rapidement l’évacuation de toute la population dans un rayon de 20 Km autour de la centrale, et un confinement de la population dans la zone des 20 à 30 Km. Mais le 27 mars, Greenpeace mesurait des niveaux de contamination importants dans le village d’Itate et demandait au gouvernement japonais d’évacuer tous les habitants pour des raisons sanitaires. Ce village de 6 200 habitants est situé à 40 Km au nord-ouest de la centrale. Trois jours après l’alerte donnée par Greenpeace, l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA) confirmait ces niveaux de contamination et recommandait également au gouvernement japonais d’évacuer toute la population d’Itate. A ce moment là, l'Agence Japonaise de Sûreté Nucléaire (NISA) n’a pas donné suite arguant que les niveaux de radioactivité ne représentaient pas un danger pour les habitants. Mais le 8 avril, la municipalité d’Itate a décidé d’évacuer les femmes enceintes et les enfants en bas-âge. Le 10 avril, c’est-à-dire un mois après l’accident nucléaire, le gouvernement a finalement ordonné l’évacuation d’Itate, mais aussi de tous les villages de cinq municipalités en raison des risques d'exposition à des radiations d'un niveau supérieur à 20 millisieverts par an. Ces évacuations doivent se dérouler ce mois-ci. Actuellement, la Commission internationale de protection radiologique (CIPR) recommande que la population générale ne soit pas exposée à plus de 1 mSv par an ajouté à l’exposition naturelle. 

On voit combien il est difficile de décider qui doit être évacué et quand. Plusieurs questions doivent se télescoper chez les responsables qui gèrent cette crise. Quels critères prendre en compte pour ordonner l’évacuation des populations : le niveau de contamination de l’atmosphère ambiant, des sols, de l’eau, des produits agricoles,…? A partir de quel niveau de contamination, décide-t-on de déplacer les personnes ? Les personnes qui ne peuvent plus vivre de leurs activités (agriculture, pêche,…), donc qui se retrouvent sans ressources, doivent-elles aussi être évacuées ? Comment évacuer des milliers de personnes (transport, planification dans le temps,…) ? Où loger toutes ces personnes : à court, moyen et long terme (voire pour toujours) ? Quels sont les coûts économiques, sociétaux, individuels,…d’une telle évacuation ? Dans une crise d'une telle ampleur, peut-on systématiquement appliquer le principe de précaution ?

Voici quelques questions, mais bien d’autres sont posées dans une telle situation.

Commenter cet article

RAMDOSC 20/04/2011 18:32



Il ne s'agit pas d'être cassant ou désagréable, toutefois un peu de rigueur ne nuit pas. Alors 20millisievert PAR UNITE DE TEMPS. Quelle est l'unité de temps? Peut-on rappeler aussi les seuils
"admissibles" là encore par unité de temps?


Merci.



JMB 20/04/2011 21:03



Toute critique constructive est la bienvenue. Merci donc pour cette remarque pertinente.


Effectivement, j'ai oublié de préciser l'unité de temps, et pourtant cette information est indispensable pour interpréter une telle valeur (je vais de suite le rectifier dans l'article). Il
s'agit de 20 millisievert par an. 


Actuellement, la Commission internationale de protection radiologique (CIPR) recommande que la population générale ne soit pas exposée à plus de 1 mSv par an ajouté
à l’exposition naturelle.



sandra 19/04/2011 12:03



Mais biensûr que je lis ton blog... presque chaque jour!


Dis-donc 700 visiteurs/jour, c'est vraiment pas mal, chapeau! Donc faut faire attention à l'orthographe tu vois!


Pas de problème pour t'aider, toujours et de plus en plus dispo pour faire des trucs devant mon ordi comme tu peux imaginer! Je vais réfléchir à un article... peut-être un truc avec le nucléaire
vu par les allemands, à voir.


@+



JMB 20/04/2011 19:14



Toute les articles dans le domaine de l'écologie, l'écotoxicologie, des sciences de l'environnement sont les bienvenues. Dans les sciences de l'environnement au sens large on peut y inclure la
sociologie, les sciences humaines,....Voir cet article : http://bioecologie.over-blog.com/article-isidore-des-documents-en-acces-libre-en-sciences-humaines-et-sociales-71118175.html


Par conséquent, le nucléaire vu par les allemands rentre
dans le scope de ce blog. L'article doit être rigoureux, basé sur des faits, des références,...Il doit rester dans un esprit et un style "scientifique". Tu vois ce que je veux dire, Dr.
Sandra . Entre chercheur, on se comprend...


Si tu veux écrire quelques chose en lien avec tes travaux de recherche, je suis également preneur. Ca serait super !



sandra 18/04/2011 16:13



Bonnes questions effectivement, et bon post, merci JM... dommage de devoir y compter 6 belles fautes (la dernière m'a obligée à écrire ce commentaire... coûts sociétaux)... Me Capello n'Est pas
tout à fait mort ;-) sans rancune!



JMB 18/04/2011 21:43



Je voulais voir si tu lisais mes posts


Je sais, il faudrait que je sois plus attentif.  Je crois que j'ai trouvé les 6 fautes + deux traits d'union oubliés. Mais bon, je ne pourrai jamais lutter avec un "dico d'or" comme toi



Par contre, tu me donnes des idées...Comme ce Blog prend de l'ampleur, jusqu'à 700 visiteurs uniques par jour, il va falloir que je revois l'organisation de ma petite entreprise pour monter
encore en puissance. Toute maison d'édition qui se respecte à une correctrice...On s'en reparle  En attendant,
si tu as un article à m'envoyer pour le Blog, je suis preneur ! Rapha doit m'en envoyer un.