Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bioécologie

Japon : du césium dans les épinards

21 Mars 2011,

Publié par JMB

Suite aux accidents nucléaires qui frappent le Japon depuis quelques jours, on peut lire ça et , que les autorités japonaises ont mesuré ces derniers temps des taux élevés de césium radioactif dans les épinards (ce qu’on appelle les légumes à large feuille). Pourquoi les épinards, plus qu’un autre légume ?

 

Tout d’abord, il faut savoir que le césium dans l’air peut migrer sur de longues distances avant de se déposer sur le sol à travers les pluies ou les chutes gravitationnelles. Ce qui explique la présence de césium dans l’atmosphère bien au-delà de la zone d’exclusion de Fukushima (un rayon de 20 Km autour de la centrale). Par ailleurs, le dépôt de césium à la surface des feuilles représente la voie prépondérante d’accumulation de ce radioélément par les plantes. Cette absorption par les feuilles peut être très rapide (quelques heures) et dépend de plusieurs paramètres dont l’espèce végétale. Concernant l'espèce végétale, des paramètres tels que la physiologie, la morphologie, l'épaisseur de la cuticule, la surface foliaire, l'ouverture des stomates,... jouent un rôle important dans le processus de bioaccumulation du césium.

Sans rentrer dans les détails, il faut aussi savoir que le césium qui se dépose sur les sols forme (plus ou moins selon la nature du sol) avec d’autres éléments du sol (argile, fer, aluminium,…) des complexes insolubles qui restent pour l’essentiel dans la couche superficiel du sol. Ce qui explique aussi pourquoi les racines ne représentent pas une voie prépondérante pour l’internalisation du césium dans les végétaux.

 

Au final, on comprend mieux pourquoi ce sont les légumes avec de grandes feuilles qui accumulent le plus de césium : 1) c’est ce type de légume qui a la plus grande surface de captage du césium présent dans l’air ambiant ; 2) la cuticule est en générale moins épaisse que chez d’autres type de feuilles – si on compare, par exemple, à des feuilles de certains arbres ; 3) c’est par les feuilles que le césium pénètre le plus facilement dans les plantes.

 

En conclusion, en cas d’accident nucléaire majeur - comme c’est le cas au Japon -, dans les zones contaminés au césium, c'est dans les légumes à grandes feuilles que l'on mesure les concentrations les plus élevées en césium radioactifs. Quand on a le choix, ne serait-ce que par principe de précaution, il est donc recommandé d’éviter de consommer des légumes à grandes feuilles (épinards, choux, salade,…) qui ont étaient exposés à des particules de césium radioactifs.

 

Références :

Colle, C., Roussel-Debet, S. (2000). Sols et végétaux. In : Le Césium dans l’environnement à l’homme. EDP Sciences, Paris pp. 63-92.

Tschiersch, J., Shinonaga, T., Heuberger, H. (2009). Dry deposition of gaseous radioiodine and particulate radiocaesium onto leafy vegetables. Science of the Total Environment, 407 (21), pp. 5685-5693.

Commenter cet article

Guillaume 21/03/2011 21:37



Merci pour ces éléments d'information qui éclairent nos lanternes... quand la petite lucarne ne le fait pas !



JMB 22/03/2011 20:59



Tant mieux si ç'est utile !