Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bioécologie

Portraits Animaliers

22 Octobre 2009,

Publié par JMB

Je vous invite à découvrir l'ouvrage de Bruno Calendini : "Sauvages". Les images sont tout simplement sublimes !

"Cette aventure a commencé au coeur de l’Afrique, lors d’un reportage sur les berges de l’Okavango,
le fleuve qui ne trouve jamais la mer. Chaque année, les crues de cet immense cours d’eau inondent le désert du Kalahari, sculptant un delta intérieur de 15 000 km² où se développe un biotope exceptionnellement riche, théâtre de grandes concentrations animales. Mais cet espace est menacé. Depuis sa source en Angola, puis en Namibie et jusqu’au Botswana, l’or bleu de l’Okavango est au centre de nombreux projets : barrages hydroélectriques, dérivations d’eau potable, irrigations, exploitations minières
qui pèsent sur l’avenir du delta."


"Cet état des lieux inquiétant et révélateur de la fragilité des grands écosystèmes orienta mon travail : dans l’Okavango, puis dans d’autres régions d’Afrique, j’entrepris de réaliser des portraits animaliers avec des techniques photographiques modernes, mais en recherchant le rendu sépia des instantanés d’autrefois. Une démarche qui se voulait avant tout esthétique, mais aussi un moyen de rappeler encore le déclin annoncé des grands sanctuaires sauvages."

Pour découvrir le travail de Bruno Calendini, visitez son site Internet : lien

Correlation or Regression?

21 Octobre 2009,

Publié par JMB

"Correlation makes no a priori assumption as to whether one variable is dependent on the other(s) and is not concerned with the relationship between variables; instead it gives an estimate as to the degree of association between the variables. In fact, correlation analysis tests for interdependence of the variables.


As regression attempts to describe the dependence of a variable on one (or more) explanatory variables; it implicitly assumes that there is a one-way causal effect from the explanatory variable(s) to the response variable, regardless of whether the path of effect is direct or indirect. There are advanced regression methods that allow a non-dependence based relationship to be described (eg. Principal Components Analysis or PCA) and these will be touched on later".

Source: University of Leicester.
More informations here

Is climate change poised to exacerbate contaminant-related health risks in marine mammals?

19 Octobre 2009,

Publié par JMB

Peter Ross, chercheur à Pêches et Océans Canada, vient de présenter des résultats fort intéressants à la "18ième Conférence biennale sur la biologie des mammifères marins" qui s'est tenu du 12 au 16 octobre 2009, dans le centre de la capitale québécoise (Canada) et qui a réuni plus de 1500 scientifiques du monde entier. Ce congrès était organisé par la "Society for Marine Mammalogy".

Le résumé de la communication (retrouvez une version française et vulgarisée des travaux présentés par Peter Ross : ici) :

Increasing sea surface temperatures may lead to diminished ocean productivity in some areas of the world, raising the spectre of energetic stresses on certain marine mammal populations. Since persistent organic pollutants (POPs) are fat-soluble contaminants that amplify in marine mammal food webs, any productivity-related reduction in lipids will concentrate POPs in the diminishing blubber stores of marine mammals. We highlight here evidence from our research that illuminates our climate - contaminant hypothesis in marine mammals: 1) 'thinner' harbour seals have higher POP concentrations in lipid; 2) high polychlorinated biphenyl (PCB) concentrations in Puget Sound harbour seals can only be explained if they consume more fish to compensate for reduced lipid content observed in prey; 3) very high PCB concentrations in endangered southern resident killer whales in the NE Pacific Ocean relative to their northern resident counterparts also appear to be explained by a higher consumption of salmon to compensate for reduced prey lipid content; 4) PCB-associated  disruption of thyroid hormone receptor expression and circulating thyroid hormones in Puget Sound seals may be causing increased metabolic turnover as a consequence of PCB toxicity. Collectively, our contaminant-oriented research suggests that marine mammals consume more prey under two conditions: 1) when their prey contains lower lipid content, and 2) when PCBs disrupt thyroid physiology and alter metabolism. In the former case, climate change-associated impacts on the nutritional quality of prey may increase POP exposure through increased consumption. In the latter case, PCB-associated thyroid toxicity may be exacerbated by a climate-driven 'concentration effect' for toxic chemicals, and lead to increased POP exposure as a result of increased energetic needs. We speculate that these two scenarios will act synergistically in a warming ocean to increase POP exposure and associated health risks in some long-lived, high trophic level marine mammals.

Authors:
Ross, Peter S.1; Cullon, Donna2, 1; Buckman, Andrea1; Jeffries, Steve3; Helbing, Caren2; Ford, John K.B.4
(1) Fisheries and Oceans Canada, 9860 West Saanich Rd, Sidney, BC, V8L 4B2, Canada
(2) University of Victoria, P.O. Box 3055, Victoria, British Columbia, V8W 3P6, Canada
(3) Washington Department of Fish and Wildlife, 7801 Phillips Road, Tacoma, Washington, 98498, USA
(4) Fisheries and Oceans Canada, Hammond Bay Road, Nanaimo, British Columbia, V9R 5K6, Canada

Corresponding author: peter.s.ross@dfo-mpo.gc.ca
 

La Vidéo du Vendredi

17 Octobre 2009,

Publié par JMB

Chaque semaine est mis en ligne un extrait de documentaire ou un film court de 3 à 5 minutes sélectionné dans le Catalogue films de CNRS Images et en relation avec une actualité scientifique ou événementielle.

Tous les vendredi, je vous invite donc à visiter cette page pour découvrir une nouvelle vidéo qui s'affichera ci-dessous :

 

Centre pour la Documentation Scientifique Direct

12 Octobre 2009,

Publié par JMB

Le CCSd est une unité propre de service du CNRS (UPS2275), céé fin 2000 et principalement dédié à la réalisation d’archives ouvertes.

Sur ce
site Internet vous pouvez accéder gratuitement à de nombreux documents scientifiques (thèses de doctorat, articles, cours, ...) qui couvrent diverses disciplines : biologie, mathématique,..

Bonne lecture !


Le syndrome du Titanic

7 Octobre 2009,

Publié par JMB

Un film de Nicolas Hulot et Jean-Albert Lièvre

La Bande annonce :
  

Pour en savoir plus sur le film, rendez-vous sur le site Internet officiel du film : ici. Je vous invite aussi à aller le voir au cinéma !


Voici un extrait de la critique du film par le journal Le Monde :

"... Ce que dépeint Hulot, c'est la dégénérescence d'une crise écologique en crise économique, climatique, alimentaire, la menace imminente d'une crise de l'humanité. La civilisation urbaine, l'addition des pénuries, les flux humains liés au commerce, l'emballement des transports, la globalisation de l'économie et de la culture, la surconsommation, les inégalités du partage des ressources, la surexploitation des matières premières, les coulisses des mégapoles, l'abondance des déchets et carcasses. Il condamne l'absurdité des modes de vie, s'interroge sur le sens du progrès, fustige "un système qui court à sa perte".

Ses solutions ? L'abandon du culte du "toujours plus", de l'obsession du quantitatif, de la création de besoins "là où il n'y en a pas", de l'idéologie de la possession pour exister, du capitalisme comme modèle économique dominant et qui devenu "le" problème..."

"On ne peut que souhaiter qu'il y ait des milliers de convertis dans la salle, et que passant du credo aux actes, ils se convertissent, ainsi que nos gouvernants."

La critique intégrale ici

Le fardeau génétique

7 Octobre 2009,

Publié par JMB

Un article de Caroline Dangléant, dans "Le journal du CNRS" n°224 septembre 2008 :

Quand deux mutations valent mieux qu'une !


Mauvaise nouvelle pour les humains… D'habitude, quand des moustiques deviennent résistants à un insecticide, ils sont plus vulnérables. Des chercheurs montrent que ce n'est plus tout à fait vrai pour ceux qui résistent aux deux insecticides les plus répandus.


On n'a rien sans rien ! Parole de moustique. En effet, sur le chemin de l'évolution, certains d'entre eux développent une résistance à tel ou tel insecticide. Mais ce phénomène s'accompagne de ce que les scientifiques appellent un « fardeau génétique ». En clair, la mutation génétique rend l'animal insensible au produit, mais s'accompagne d'une moins bonne espérance de vie dans un milieu sans insecticide. Une aubaine pour adapter nos stratégies de lutte contre ce diptère vecteur de très nombreuses maladies : en alternant dans le temps ou dans l'espace l'utilisation des différentes classes d'insecticides, il est possible de limiter le nombre d'insectes résistants. Seulement voilà, des chercheurs de Montpellier1 viennent de montrer que ce précepte ne se vérifie pas toujours. Ils ont en effet découvert que les moustiques qui ont muté pour résister simultanément aux deux classes d'insecticides les plus répandues, les organophosphorés (OP) et les pyréthrinoïdes, sont eux beaucoup moins handicapés que leurs confrères « simples mutants ».
Pour obtenir ce résultat, nos chercheurs ont tout d'abord créé par croisement quatre souches de moustiques génétiquement identiques sauf au niveau des gènes de résistance : la première souche regroupait les individus non mutés, la deuxième ceux insensibles aux insecticides de type OP, la troisième ceux résistants aux pyréthrinoïdes et la quatrième souche représentait les « doubles mutants ». Les scientifiques ont alors comparé le taux de survie des larves de chaque souche face à leurs prédateurs. Et là, surprise ! Même s'ils restent légèrement désavantagés par rapport aux moustiques non mutés, les progénitures des « doubles mutants » survivent mieux que celles des « simples mutants ». Pour expliquer ce résultat, un détour par les mécanismes sous-jacents aux mutations s'impose.
Les insecticides organophosphorés sont des substances neurotoxiques : leurs molécules se fixent à la place d'un neurotransmetteur, l'acétylcholine (ACh), sur le site actif de l'enzyme chargée de dégrader l'ACh. Résultat : le neurotransmetteur s'accumule, les messages nerveux deviennent continus et le moustique meurt, en quelque sorte, d'hyperactivité. La forme mutée du gène, appelée ace-1R et découverte en 2003 par l'équipe de Mylène Weill, produit une enzyme sur laquelle les OP ne peuvent se lier : l'insecticide devient donc inactif. « En identifiant ce gène de résistance nous avons pu prouver que le fardeau génétique des moustiques mutés découle de l'insensibilité aux OP », explique la chercheuse. En effet, le nouveau handicap semble provenir du fait que l'enzyme ainsi mutée dégrade moins bien l'acétylcholine, provoquant un petit excès de cette dernière, et perturbe les messages nerveux. Un vrai fardeau !
Quant aux pyréthrinoïdes, leur action s'exerce dans les fibres nerveuses et se traduit par une inhibition de la libération d'ACh dans la synapse et une mort par paralysie. Ici aussi, sans entrer dans les détails, la mutation qui permet de résister aux pyréthrinoïdes joue sur la quantité d'ACh. Mais en l'occurrence, elle se traduit cette fois par un léger déficit.
Un excès d'ACh dans un cas, un déficit dans l'autre… L'énigme est presque résolue : chez les moustiques qui ont la double mutation, les deux processus s'équilibrent à peu près, diminuant ainsi le fardeau qu'ils entraînent habituellement. De fait, cette double résistance pourrait être amenée à se maintenir plus facilement dans les populations naturelles. Une funeste nouvelle pour le continent africain, principal utilisateur de ces deux classes d'insecticides.
Outre l'apport d'informations précieuses pour l'étude des processus évolutifs, identifier les mécanismes génétiques de résistance permet de guider le choix des insecticides à utiliser. Mais le problème n'est pas résolu pour autant : la gamme d'insecticides disponibles ne cesse de se restreindre avec l'apparition de nouvelles résistances. Et même si la recherche avance dans ce secteur, les industries agrochimiques ne s'intéressent pas à la commercialisation d'insecticide spécifique aux moustiques, faute de retombées financières suffisantes. En France, le principal insecticide employé aujourd'hui est un mélange de quatre toxines bactériennes, le BTI. Mylène Weill s'inquiète : « Il faudra un peu plus de temps aux moustiques pour devenir résistants aux quatre toxines du BTI, mais cela arrivera et cela peut très bien être dans la prochaine décennie ! »

Notes : 1. Institut des sciences de l'évolution de Montpellier (Isem, CNRS / Université Montpellier-II), Laboratoire de lutte contre les insectes nuisibles (IRD) et Laboratoire « Génétique et évolution des maladies infectieuses » (CNRS / IRD).


Contact:
Mylène Weill
Institut des sciences de l'évolution de Montpellier (Isem)
mylene.weill@univ-montp2.fr

The National Centre for Statistical Ecology

4 Octobre 2009,

Publié par JMB

The National Centre for Statistical Ecology (NCSE) is a joint research centre between the Universities of Kent, Cambridge and St Andrews.  It was established in 2005 with the aid of a mathematics Multidisciplinary Critical Mass Award from EPSRC.

The main focus of research at NCSE has been the development of methodologies for modelling the dynamics of animal populations and fitting these models to time series of data.  The fitting algorithms developed are based on three different approaches.  The first of these is the Kalman filter, used together with maximum likelihood methods.  The other two approaches both use Bayesian methods, with model fitting carried out using either Markov chain Monte Carlo or sequential importance sampling.

NCSE is steadily broadening its areas of research expertise and activities.  Active areas of research include animal movement models, metapopulation models, community models, distance sampling, mark-recapture, biodiversity monitoring, random effects models in ecology, modelling ecological point process data and parameter redundancy in ecological models.