Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bioécologie

LES PESTICIDES SYSTÉMIQUES SONT UNE MENACE POUR LA BIODIVERSITÉ

24 Juin 2014,

Publié par Bioécologie

LES PESTICIDES SYSTÉMIQUES SONT UNE MENACE POUR LA BIODIVERSITÉ

Une nouvelle méta-analyse des pesticides systémiques à base de néonicotinoïdes et de fipronil (également appelés ici « néonics »), dont la publication est attendue très prochainement, confirme que ces produits causent des dommages importants à de nombreuses espèces d'invertébrés utiles et jouent un rôle clé dans le déclin des abeilles.


L'inquiétude quant à l'impact des pesticides systémiques sur un grand nombre d'espèces utiles n'a cessé de croître au cours des vingt dernières années mais aucun élément scientifique n'avait été jugé concluant à ce jour.

Dans le cadre d'une revue complète de la littérature (800 publications rapports révisés par des pairs), un groupe de travail (Task Force on Systemic Pesticides) sur les pesticides systémiques, réunissant des scientifiques internationaux indépendants, a montré qu'il existe suffisamment de preuves évidentes des préjudices pour mettre en route des mesures réglementaires.

Selon ladite analyse, connue en anglais sous le nom de Worldwide Integrated Assessment ou WIA (en français : Évaluation mondiale intégrée) et prochainement publiée dans la revue Environmental Science and Pollution Research, les « néonics » comportent un risque élevé de dommages pour les abeilles mellifères et autres pollinisateurs comme les papillons, ainsi que pour une large variété d'autres invertébrés (vers de terre p. ex.) et de vertébrés tels que les oiseaux.

Les néonics sont des neurotoxines et les effets générés par l'exposition à ces substances peuvent être immédiats et fatals mais également chroniques. Une exposition de longue durée à de faibles doses (non létales) peut également être néfaste. Parmi les dommages chroniques possibles, citons la perte d'odorat ou de mémoire, une perte de fécondité, un comportement trophique altéré et une diminution de l'apport alimentaire, y compris un butinage amoidri chez les abeilles, une capacité altérée du ver de terre à creuser des tunnels, des difficultés à voler et une sensibilité accrue aux maladies.
Un des principaux auteurs du WIA, le Dr Jean-Marc Bonmatin (Centre National de la Recherche Scientifique en France), a dit : « Les preuves sont très claires. Nous sommes face à une menace qui pèse sur la productivité de notre milieu naturel et agricole et cette menace équivaut à celle que constituent les organophosphates ou le DDT. Loin de protéger la production alimentaire, l'utilisation des néonics menace l'infrastructure même qui permet cette utilisation, mettant en danger les pollinisateurs, les ingénieurs de l'écosystème et les antiparasitaires naturels au cœur du fonctionnement écosystémique. »

L'analyse a démontré que les catégories d'espèces les plus touchées étaient les invertébrés terrestres tels que les vers de terre, qui sont exposés à des niveaux élevés via le sol et les plantes, à des niveaux moyens via les eaux de surface et par lixiviation (« leaching ») , et à des niveaux faibles via les poussières dans l'air. Ces substances peuvent nuire à la santé tant des individus que des populations, même à de faibles doses ou en cas d'exposition aiguë, rendant ces individus et populations extrêmement vulnérables aux niveaux de néonics associés aux pratiques agricoles.

Le deuxième groupe le plus touché comprend les insectes pollinisateurs (abeilles, papillons, etc.) qui sont exposés à une forte contamination par l'air et les plantes et à des niveaux d'exposition moyens par l'eau. Aussi bien les individus que les populations peuvent être affectées par une exposition faible ou aiguë, les rendant hautement vulnérables.

Viennent ensuite les invertébrés aquatiques, comme les gastéropodes d'eau douce et les puces d'eau, sensibles à une exposition faible et aiguë, qui peuvent être affectés aux niveaux de l'individu, de la population et de la communauté, et les vertébrés tels que les oiseaux, qui sont vulnérables à des niveaux d'exposition moyens et bas via le sol, l'air, l'eau et les plantes, et qui sont affectés aux niveaux de l'individu et de la population.

Il s'est également avéré que les poissons, les amphibiens et les microbes étaient tous touchés à des niveaux d'exposition élevés ou après une exposition prolongée. Des échantillons d'eau prélevés à travers le monde dépassent régulièrement les limites écotoxicologiques autorisées.

Nous ne disposons pas de données suffisantes pour déterminer s'il existe ou non un impact sur les mammifères ou les reptiles, mais dans le cas de ces derniers, la conclusion des chercheurs est qu'un tel impact est probable.

Outre la contamination d'espèces non cibles par exposition directe (p. ex. des insectes qui se nourrissent du nectar de plantes traitées), les substances chimiques sont également présentes, à divers niveaux de concentrations, en dehors des zones volontairement traitées. La solubilité des néonics dans l'eau signifie qu'ils ruissellent, s'écoulent facilement et contaminent des zones bien plus larges, donnant lieu à une exposition des organismes à la fois chronique et aiguë, notamment dans des zones riveraines et dans les systèmes estuariens et marins côtiers.

Ces insecticides sont aujourd'hui les plus utilisés dans le monde, avec une part de marché estimée à quelque 40% et des ventes de plus de 2,63 milliards de dollars US en 2011. Ils sont aussi communément utilisés dans les traitements domestiques pour la prévention des puces chez les chats et chiens et la lutte contre les termites dans les structures en bois.

« Les conclusions du WIA sont des plus préoccupantes », dixit le président de la Task Force, Dr Maarten Bijleveld van Lexmond. « Nous pouvons à présent clairement voir que les néonics et le fipronil représentent un risque pour les fonctions et services écosystémiques qui va bien au-delà des inquiétudes afférentes à une espèce et qui mérite vraiment d'être porté à l'attention des gouvernements et des instances de réglementation. »

Les abeilles mellifères ont jusqu'à présent été au centre des préoccupations en ce qui concerne l'utilisation des néonics et du fipronil, et des actions limitées ont été prises, entre autres par la Commission européenne, mais les fabricants de ces neurotoxines ont rejeté toutes les allégations de préjudice. En évitant de simplement comparer les rapports entre eux et en analysant toute la littérature disponible, le WIA a montré que les néonicotinoïdes, dans des concentrations réalistes d'utilisation en champ, nuisent à la navigation individuelle, à l'apprentissage, à la collecte de nourriture, à la longévité, à la résistance aux maladies, et à la fécondité des abeilles. Concernant les bourdons, des effets irréfutables au niveau de la colonie ont été constatés, avec des colonies exposées qui grandissent plus lentement et produisent nettement moins de reines.

Les auteurs recommandent vivement aux instances de réglementation de prendre davantage de précautions, de durcir encore la réglementation sur les néonicotinoïdes et le fipronil, et de commencer à planifier leur suppression progressive à l'échelle mondiale ou, du moins, à formuler des plans visant à réduire fortement leur utilisation dans le monde.

Lire la suite ici

Commenter cet article

mon site 14/08/2014 07:16

Interdire les néonics et le fipronil ne suffit-il pas pour stopper cette dégradation de la biodiversité? Le problème aussi c’est que la plupart des pesticides sont à vaporiser. Il serait préférable de rechercher d’autres solutions.