Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bioécologie

La mouche noire

9 Juin 2014,

Publié par Bioécologie

Un article de GrandQuébec.com

"Insecte de l’ordre des Diptères, de la famille des Simuliides, la mouche noire aime beaucoup le bétail et les humains. Hélas, ce sentiment n’est généralement pas réciproque, allez savoir pourquoi…

La mouche noire est relativement petite. Sa longueur va de 1 à 5 mm.

Lors des stades juvéniles, les mouches noires habitent autour des rivières et des ruisseaux. La larve de la mouche noire vit dans l’eau courante où elle collecte des particules de nourriture en filtrant l’eau avec ses peignes céphaliques (antennes modifiées).

On les trouve même dans les régions arctiques de la province, et elles sont particulièrement abondantes dans les régions boisées du Nord du Québec.

On compte environ soixante-dix espèces de simuliides identifiées au Québec, mais les entomologistes ne cessent de découvrir de nouvelles espèces, ce qui est plutôt réjouissant pour les amis des mouches.

Notons que malgré leur nom, les mouches noires ne sont pas toujours aussi sombres. Certaines espèces sont de couleurs grise, brun-rouge, jaune ou orangée.

Seules les femelles piquent avec leurs pièces buccales. Toutefois, la «piqûre» de la mouche noire est en fait une morsure qui est nécessaire à la reproduction. En effet, la plupart des espèces de mouches noires ne peuvent amener leurs œufs à maturité sans absorber du sang qui leur sert de source de protéines.

Cependant, les mouches noires ne sont pas des vampires et elles mordent essentiellement le jour. Au printemps et au début de l’été, saisons bénies des dieux, les hordes de mouches noires apparaissent dans les plus belles régions de la province. La présence de ces insectes affecte l’industrie touristique, le travail en forêt et dans les champs. Les mouches noires peuvent rendre certaines régions impropres à l’occupation humaine lorsqu’elles y pullulent. Même les ours et les orignaux préfèrent aller voir ailleurs."

Lire la suite ici

Commenter cet article